La finale, la suite...

Publié le par randokid

Le brouillard est toujours aussi épais. Nous pêchons par 13 mètres. Quelques échos de temps en temps sur les sondeurs mais rien de sensationnel. Fred pense prendre une première tape mais en fait il s'accroche à quelque chose qui est "mobile", nous pensons à un câble. Moi aussi en verticale, je m'accroche une première fois, nous nous décalons un peu, je parle avec Fred de ces accrochages, je ne suis pas trés concentré lorsque je prends une première vraie tape,  je suis surpris et je loupe le poisson, premier mot grossier de la journée. Au bout d'un moment, alors que MT s'approche sur son boat pour faire des photos, Fred prend une tape, "poisson". Le poisson remonte rapidement et nous fait une chandelle, un broc de 65 cm environ, il est à deux mètres du bateau, je mets l'épuisette à l'eau, plus que 50 cm mais c'est la cata, le bec casse la ligne et rejoint rapidement le fond, second mot grossier de la journée. Michel a filmé la scène au camescope, je pense que nous la verrons bientôt sur le net. Le brouillard commence à se lever, nous voyons Fred et Fred sur le Ranger. Il prennent sous nos yeux un sandre maillé, pour nous le compteur est toujours à 0. quelques échos au sondeur, nous plaçons un repère, nous tournons un peu autour et je prends une tape. Je ferre, le poisson est accroché, je remonte mais je ne sens pas beaucoup de résistance, je me doute qu'il ne s'agit pas d'un monstre, une perche, rapidement mesurée elle n'acuse qu'un petit peu plus de 23, troisième mot grossier, le poisson est remis immédiatement à l'eau. Les heures passent et ce n'est pas la joie, nous essayons un peu tout mais rien n'y fait. Quelques bateaux font des poissons mais cela se passe dans un périmètre trés restreint et il faut respecter la distance minimale de 10 mètres donc il n'y a pas de place pour tout le monde. Tout à coup Fred s'exite, il vient de prendre une tape, le poisson est ferré mais là aussi nous constatons rapidement qu'il va manquer quelques centimètres, le brochet est au bateau, il n'accuse que 40 il repart immédiatement voir ses potes. Déja 16 heures et toujours pas un point, Stéphane de CPV qui se trouve à quleques mètres de nous prend une belle tape, il sort un brochet de 77 cm qui a cet instant du concours et le plus beau poisson, pour eux le compteur est débloqué. Nous décidons de changer radicalement de méthode et sortons les casting, nous nous approchons de la berge et tapons en power au lipless et au cranck sur un fond d'environ 2,5 entre la cassure et les roseaux, rien, nada, pas une touche et pourtant nous n'avons pas amusé la galerie. Il est 17 heures, il ne reste plus qu'une heure de pêche, nous décidons de rentrer vers le port et de pêcher les cassures que nous trouverons sur le chemin. Nous retrouvons Pierre et Vinh, il ont pris un sandre et ne sont donc pas capot. Nous décidons de pêcher ensemble un fond de 7 mètres ou nous voyons quelques échos. Fred se prend une tape en drop, il loupe le poisson et voit qu'il est suivi par de belles perches, nous mettons un marqueur. Je sors moi aussi le drop mais nous faisons une première dérive sans touche. Vinh qui se trouve à une vingtaine de mètres lance son shad sur le marqueur  (il vise super bien), touche, ferrage, une superbe perche de 41 cm est remontée sur le Carolina. Deux poissons au compteur pour l'équipage Cantal Power Fishing 2, c'est déja ça. 18h, fin de la pêche, nous rentrons au port un peu dégouté par la pêche et par l'ambiance de l'après-midi où certains ont fait un peu de zèle et nous sont passés à longeur de temps à proximité des bateaux (pas trés agréable et surtout trés pénible). Discussion avec les autres concurents sur la plage et direction le camping pour une bonne douche. Apéro entre plusieurs équipes et nous regagnons la salle des fêtes où nous attend le repas. Un grand écran est mis en place pour la diffusion du match France-Angleterre. L'ambiance est bonne, nous assistons à une marseillaise d'anthologie, malheureusement vous connaissez la suite, la France a à peu près les mêmes résultats que nous, c'est la cata. Nous regagnons le mobil-home mais au lieu de se coucher, nous débutons une scéance de montage de leurres, discussion enflammée sur la position de l'hameçon etc, chacun y va de son petit conseil, les heures passent, il est tard et dimanche il faut se lever tôt. La suite bientôt.

BD--MG-2547044.JPG
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article