Challenge interdépartemental: 1° manche Puy l'Evêque

Publié le par randokid

Vendredi 15, le cabril est derrière la voiture, direction AURILLAC pour récupérer Fred. A 15h30, sous une pluie battante nous quittons la capitale cantalienne direction chez nos voisins du Lot. Après 3h de route, nous arrivons en vue de Puy l'Evêque, sur les derniers kilomètres avant notre arrivée nous apercevons le Lot, il y a de l'eau, c'est la crue. Par une petite rue et quand je dis petite, elle est petite, nous arrivons sur le quai. Nous nous mettons dans la file des concurents qui mettent à l'eau. Premiers contacts avec les compétiteurs perdus de vue depuis la "finale" dans les Landes. L'ambiance est bonne, la seule inquiétude vient du Lot qui court à une vitesse "folle". A mon tour, je recule la remorque à l'eau, je monte sur le Cabril et je constate comme les autres que dès que je vais reculer je vais me faire emporter par la flotte, je laisse chauffer un petit peu le moteur, je me retourne et "gaz", pas assez, je me retrouve emporté vers un Zod "mal garé", premier contact du Week-end. Les "spectateurs" me disent que je n'en suis pas trop mal sorti, d'autres ont tapé à priori plus fort. On s'encorde à plusieurs bateaux (merci Alain) et on fait une petite prière pour que la variation de niveau ne soit pas trop brutale. On retrouve Vinh, Pierrot, Cédric et Olivier ainsi que Fred, le président de l'AFCPL  (présent tout le WE pour des démos). Petit apéro de bienvenue et nous voilà parti en direction de l'hébergement situé à 5 kilomètres du port. Nous découvrons que nous sommes logés dans un chalet tout confort au sein d'un superbe camping. Trois chambres, que du bonheur mis à part que les copains y sont passés avant et ont réservé les piaules, pour Fred et moi c'est mini chambre des enfants et lits superposés (au fait merci les gars de respecter votre président!). Discussions, on refait le monde avec d'autres équipages et enfin un peu tard (excuses nous Martine), nous prennons la direction d'une salle des fêtes où doit nous être servi le repas. Nous arrivons un peu à la bourre. La soirée se termine autour d'un verre, la nuit va être courte. 05h, le réveil sonne, la chambrée à du mal à se lever. Nous regagnons le port et nous constatons que le Lot est toujours en crue. Première frayeur de la journée le moteur électrique ne répond pas aux solicitations (second merci à Alain pour son coup de main), après l'usage d'un tournevis et de chaterton tout rentre dans l'ordre. A 8h, le départ de la première manche est donné. Nous décidons de nous arrêter rapidement et de pêcher la berge. Le courrant est trop fort, même au max, le moteur électrique à du mal à nous maintenir. Nous insistons quand même. Fred prend un silure mais le décroche rapidement, M...e. Nous continuons sur cette bordure et je prend une méga tape. Sanction le broc me coupe et part avec mon montage (MT je sais vu la couleur de l'eau, le fluoro c'est du pipeau). Puis plus rien, nous terminons à 12 heures la manche sans aucune autre touche. Retour au port. Discussion avec les potes. Pierrot et Vinh, Olivier et Cédric sont tous capots. Quelques poissons sont pris mais en petite quantité. Marc et son coéquipier semble prendre la tête. L'après-midi, second départ. Les boats qui avaient été sages le matin sont lâchés comme des fauves. Le courrant du Lot ,plus les vagues font que le run est bien sympa sauf pour quelques équipages qui doivent écoper. Nous remontons beaucoup plus haut sur le bief, nous mettons en application quelques conseils glanés pendant la pause. Nous pêchons beaucoup mieux que le matin. Nous sommes obligés de nous attacher à la moindre branche que nous trouvons. Nous essayons un max de solutions et nous laissons un max de matériel au fond de la rivière, mais rien, pas une touche. La seconde manche s'achève comme la première sur un gros capot. Même chose pour les potes. Le team Daïwa garde la tête devant le team Soner-Smith. Seulement une trentaine de poissons ont été pris. 18 équipages ont fait au moins une prise, 20 sont capots. La suite demain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article